Industrie sucrière : RS 200 M pour freiner l’abandon des terres

Le prix du sucre continuera de baisser en 2014 et 2015. Afin de soutenir les petits et moyens planteurs et ralentir le rythme d’abandon des terres, le gouvernement mettra à leur disposition une enveloppe de Rs 200 millions vraisemblablement sous forme de subvention.

Le prix du sucre continue de dégringoler. En 2014, il passera de Rs 16 000 à Rs 14 000 la tonne. En 2015, le prix devrait encore chuter. L’abolition programmée des quotas sucriers en 2017 n’est pas pour arranger les choses. Pour freiner l’hémorragie, le gouvernement a décidé de soutenir les petits et moyens planteurs en mettant à leur disposition une enveloppe de Rs 200 millions sous forme de subvention. Cette somme sera vraisemblablement puisée des mesures d’accompagnement de l’Union européenne.

Le ministère de l’Agro-Industrie et les Finances se penchant sur la meilleure formules pour l’utilisation de l’enveloppe.

« La perte de Rs 2 000 par tonne de sucre sera conséquente pour les petits et moyens planteurs. C’est surtout un potentiel danger pour notre industrie sucrière en général. Ces dernier temps, nous avons constaté une baisse dans la production sucrière. L’abandon des terres gagne également du terrain », souligne Satish Faugoo, ministre de l’Agro-industrie. En 2013, quelque 2 000 hectares supplémentaires, anciennement sous canne, ont été abandonnés. Le ralentissement de l’abandon des terres sous culture est l’un des plus grand défis de l’industrie.

Depuis 2008, 11 500 hectares de terre ont été abandonnés par les planteurs. Cet abandon n’est pas forcément lié à la baisse des prix selon le ministres Faugoo. D’autres raisons comme le manque de main d’oeuvre ou encore la conversion des terrains pour des besoins d’infrastructures sont également avancées. Dans les années 2000, par moins de 70 000 hectares de terre était sous culture de canne. Ce chiffre est passé en 2013 à 53 871 hectares. De 600 000 tonnes, la production sucrière a été ramenée à 404 713 tonnes en 2013.

Réforme : Investissement onéreux

A ce jour, 18 000 planteurs produisent environ 100 000 tonnes de sucre. Cette production leur coûte environ Rs 16 500 la tonne. La baisse du prix du sucre pourrait les inciter davantage à abandonner leurs terres. Ce que veut combattre le ministre Faugoo. « Depuis 2008, nous investissons massivement dans la réforme. Nous prenons des mesures pour les petits planteurs, métayers, les travailleurs ainsi que pour tous les ‘stakeholders’ dans ce secteur. Nous voyons aujourd’hui les résultats de ces mesures prises. Nous ne voulons pas que ce manque à gagner vienne mettre en péril notre industrie », soutient-il.

Les petits planteurs étant vulnérables, ils doivent se regrouper pour être compétitifs. Cela passe par la réduction des coûts et l’amélioration de leur productivité. En cela, projet Fiels Operations Regrouping and Irrigations Project, qui a coûté Rs 400 millions au gouvernement, a été une bonne initiative. Il a permis aux petits planteurs de mécaniser, de baisser leurs coûts de 20 % à 25 %. En même temps, la production a augmenté de 25 % à 124 %.